Association Handiparentalité: parent et handicap
   Menu

Le handicap se jette à l'eau

Dernière mise à jour le vendredi 28 juin 2013 10:10

Jeudi 3 Novembre 2011, Journal Le Républicain

LANGON Handicap | Le Spadium accueillait ce vendredi 28 octobre les 12h de la première édition Eau delà du handicap

Le handicap se jette à l'eau


Une journée consacrée au handicap au Spadium, du jamais vu. Et pour une première, Sylvain Crespin, directeur du complexe aquatique, avait le sourire aux lèvres:
«Ce sont les vacances donc les gens viennent et c'est positif. A force de lancer des événements comme ceux-là, on espère faire venir d'autres personnalités
de la natation française. Le but de cette journée est de porter une autre image du handicap, la rendre plus gaie, plus joyeuse.»

Une journée marquée notamment par la présence du nageur de l'équipe de France Yann Nouard, demi-finaliste sur 400m nage libre
aux Jeux olympiques de Pékin 2008 et qui a terminé 10 ème lors des derniers championnats d'Europe qui se déroulaient cette année à Berlin.


Entre animations et initiations

Pendant 12h, de 8h à 20h, un fil rouge a été mis en place par les trois personnes porteuses du projet:Tony Prieur, maître nageur sauveteur, Sylvain Crespin,
et Florence Mejecase, présidente de l'association Handiparentalité. Chaque longueur rapportant 1€ à cette association qui accompagne les parents en
situation de handicap.

Dès 8h donc, ce sont les pompiers qui ont été les premiers à se jeter à l'eau, suivis par le centre de loisirs. Des bénévoles installés devant le grand bain
comptaient les allers-retours minutieusement. «Les personnes qui souhaitent s'associer au fil rouge nous disent combien ils veulent faire de longueurs,
détaille Tony Prieur, maître nageur. Et le but pour nous est de les inciter à en faire plus. D'où la signification du terme «Eau-delà du handicap»».

Outre le fil rouge, la journée était également l'occasion de mettre les personnes valides en situation de mobilité réduite:leur bander les yeux, plier une jambe,
mains liées. Grâce à une zone visiteuse mise en place devant le bassin, de nombreux spectateurs ont pu assister au déroulement de la journée gratuitement.
A noter que la délégation départementale des paralysés de France était elle aussi sur place pour discuter autour du handicap. A 22h45, heure à laquelle
les bassins redevenaient plus calmes, ils n'attendaient plus qu'une chose:la deuxième édition avec autant de succès que la première.


Cyprien DUMAS